Forum de la guilde Genus Gorgonis sur Elder Scrolls Online
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 "La Véritable Histoire d'Orgepin des Forge-Racines."

Aller en bas 
AuteurMessage
Orgepin



Messages : 23
Date d'inscription : 08/04/2014

MessageSujet: "La Véritable Histoire d'Orgepin des Forge-Racines."   Ven 18 Avr - 14:50

-Vous buvez une excellente chope de bière ambrée, digne héritage des brasseur Nordiques. Voilà un bonne heure que vous discutez avec ce vieil homme, paré d'un brûlure lui couvrant la moitié du visage, parfois sage et parfois excentrique.

Après lui avoir raconter les mérites de vos combats, prouesses et escarmouches, vous lui demandez quel sont ses exploits personnel.

Le vieil homme lève ses coudes de la table, s’essuie d'un revers de manche la bouche. L'homme en face de vous pourrait être quelqu'un d'autre, un tel changement de caractère vous pousse à écouter sérieusement ce qu'il a à vous raconter.

.
Autrefois glorieux, le clan des Forge-Racines est composé aujourd'hui d'un seul homme.

Un homme qui ne recherche qu'a redonner gloire et honneur a son nom.
Et ceci quel qu’en soit le prix.

Voici l'histoire de ce clan..



Orgepin n’était qu'un jeune charpentier lorsque le destin décida de bousculer l'ordre des choses.

La fête du commencement de l'hiver venais de débuter, ce soir le grand brasier allait être allumer, la place du village des Forge-Racines était pleine de monde, et tous avais une tâche bien précise.

Les orques n'avais plus donner signe de vie depuis leur dernières débâcle contre les défenses du villages, diriger par de courageux Nordique, dont le père d'Orgepin, Ahel Forge-Racines.
De nombreuses têtes Orques servais d'ornement pour la grande porte du village, agissant comme un avertissement.

Ce soir là, Orgepin accompagné de son amie Sindrias, la fille de la Grande Matronne, partirent ensemble dans les bois pour finir de rassembler le bois nécessaire au grand bûcher.

- Orgepin, attend moi ! Cria la jeune fille. Pfiiou, tu marches bien trop vite.
Il se fait tard et nous devrions rentrer, nous avons largement assez de bois !
- Peuh ! Je veux que le bûcher soit immense cette année ! Mon père sera fier de moi en voyant tout le bois que j'aurais emmener ! Vas t'en si tu as peur des loups !
- Ma mère ne sera pas contente si elle apprend que tu m'a laisser rentrer seule, tu le sais hein ! La filette posa ses mains sur ses hanches, come le faisais souvent sa mère.

Orgepin pâlit.
- Tu ne lui diras pas ? Si ?
Sindrias le regarda, puis s’exclama,
- Bien sûr que non idiot ! A tout à l'heure pour la cérémonie !
Elle partie en courant vers le village.
- Idiote, mais le village d'Orgepin passa au rouge, vous serez bien jaloux de voir tout ce que j'aurais ramener, ça oui !


La nuit tomba d'un coup, la seule lueur orange provenais du village, et Orgepin se mis à courir, laissant tomber plein de petites branches.

- Il ont déjà allumer les feux ! Mais je pensais que ca serais bien lus tard ! Mon père vas me mettre une de ces raclée !

Lorsque Orgepin se rapprocha, il se rendit compte que quelque chose n'allait pas, les feux était vraiment immenses, la lumière était bien trop importante.

Des bruits de cris commencèrent a se faire entendre. Accompagnée d'un brouhaha sans précédent.

Seulement ce n'était pas des cris de joie.
Et surement pas de la musique.

Une bataille. Probablement la fin, les bruits s'arrêtèrent juste lorsqu'il entra dans le village. Et même si une bataille aurais encore fait rage, Orgepin n'aurais rien entendu.

Sindrias était là, ainsi que son père, sa mère, la Matronne et tellement de visages famillier. Tous étaient là, juste des visages, exprimant l'horreur et la peur, toute trancher par le cou, détacher de leur corps. Souillé par de barbares Orques, encore en train d'accomplir cet acte sur les derniers villageois.

Les bâtiments était en feu. Les corps des animaux et des hommes étaient mêlé dans la boue et le sang.

Orgepin n'arrivais plus a bouger. Ni a crier.
Ni même a pleurer.

Lorsque qu'un grand Orque l'attrapa par le bras et le souleva.

- En voilà encore un ! A qui l'honneur ! Cria t'il au reste de son clan.
-Nous n'avons plus le temps, les gardes impériaux vont bientôt arriver, clama un Orque massif, probablement leur chef. Jette le dans les feux, qu'il ne reste que des cendres de lui.



L'action ne dura qu'un poignée de seconde, et Orgepin se retrouvas en plein centre d'un énorme brasier..

Il brûlait vif.
Alors il se mit a crier. Le feu mangeais sa chair.
Puis il ferma les yeux, voulu s'abandonner.

-Un Nordique ne baisse jamais sa garde, ni ses yeux. Un Nordique crache sur le visage d'un ennemis lorsque celui ci lui menace de lui couper les mains. Plus que çà un Forge-Racines se tranche lui même les mains. Voici la devise du clan !


Les paroles de son père résonnait dans son crâne.
Orgepin rouvrit les yeux, il n'allait pas mourir ce soir.

Il poussa les braises ardentes, se déforma les doigts par des brûlure irrémédiable. puis atteint enfin le sol. La terre. La boue.

Il se recouvra le visage ainsi que l'ensemble de son corps et attendit.
Il se sentait bouillir littéralement mais cessa de hurler.

Lorsque le jour se leva de nouveau, Orgepin sorti des décombres encore chaud. Tituba vers le centre du village, puis bu tout son saoul dans les bassine d'eau qui n'était pas renversé.

Il était dans un véritable tableau d'horreur.
Son corps entier n'était que douleur.
Se dirigea en ce qui semblait une éternité vers les restes de sa maison, et attrapa sur le corps de son père, l'épée de la famille.

Orgepin tomba a genoux. Leva les yeux et enregistra chaque détail de la scène.

Aujourd'hui, Orgepin était devenu le dernier Forge-Racines.

Il se releva, se traina jusqu'au Brasier central, il était toujours éteint, comme si la fête promise avais été reporté au lendemain, attrapa une charpente encore en feu et la jeta sur celui ci.

Le brasier s'enflamma d'un coup.

Orgepin ferma les yeux, se fit une promesse.
Puis il tomba dans les pommes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orgepin



Messages : 23
Date d'inscription : 08/04/2014

MessageSujet: Re: "La Véritable Histoire d'Orgepin des Forge-Racines."   Sam 19 Avr - 15:14

Vous regardez a présent le vieil homme en face avec respect et compassion.

Un attroupement s'était formé durant l'histoire, vous ne l'aviez pas remarqué, trop absorbé par le récit malheureux du vétéran. Hommes, femmes et enfants silencieux devant un homme immobile et a présent silencieux.

Le silence dura quelques instant seulement, puis un homme lanca,

- Comment avez vous survécu seul alors que vous n’étiez qu'un gamin ? Je suis sur que ce n'est qu'un ramassis de mensonges !

Plusieurs hommes se joignirent aux protestations.

- J'en viens, repris le vieil homme.

Autrefois glorieux, le clan des Forge-Racines est composé aujourd'hui d'un seul homme.

Un homme qui ne recherche qu'a redonner gloire et honneur a son nom.
Et ceci quel qu’en soit le prix.

Voici l'histoire de cet homme..


Lorsqu'il se reveilla, Orgepin se trouvais dans un lit bas et dur, dans une petite pièce grise. Une odeur d'ongens le frappa directement. Puis la douleur.

La moitié de son corps n'était qu'une longue traîne de peau flasque et cloqués. Le moindre geste du coté droit de celui ci lui entraînais des douleurs affreuse.

Il était marqué par le feu. Il repensa a tout ce qu'il était advenue plus tôt. Il eu envie de pleurer. Il ne le fis pas.

Un homme venais de rentrer dans la pièce, Orgepin tourna la tête vers la porte en fer a présent ouverte. Un rictus de douleur apparu de nouveau sur son visage.

- Sale brûlure jeune homme. Mais très bon réflexe. La boue.

L'homme était plutôt robuste, il portait une côte de maille légère ainsi qu'une petite épée le long de sa jambe.

- Ou suis-je, articula le blessé.
- En sûreté, les impériaux t'on retrouvé dans les reste de ton village, tu a eu de la chance. Il t'on emmené ici. Nous sommes dans l’infirmerie des camps d'entrainement impériaux.
- Vous avez.. retrouvé ces.. Or.
- Oui, le coupa l'homme, et leur camp avancé a subit le même sort que ton village. Seul quelques survivants on pu fuir. Mais probablement pas pour longtemps.
-Je dois.. m’entraîner. Je doit.. les tuer..
- Chaque chose en son temps jeune homme. Pour le moment tu dois te reposer.


Orgepin tourna la tête, l'homme s'apprêta a tourner les talonts lorsque Orgepin lui demanda.

-Quel est votre nom ? dit-il dans un souffle.
- Appelle moi Bergil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orgepin



Messages : 23
Date d'inscription : 08/04/2014

MessageSujet: Re: "La Véritable Histoire d'Orgepin des Forge-Racines."   Sam 19 Avr - 15:15

Un silence religieux prit place dans la taverne, l'ensemble des spectateurs dévorais chaque mot du vieillard.

Les hommes qui doutais de l'histoire de l'homme c'étaient également tus.
Tous fixais les lèvres du vieil homme, prêt a intégrer chaque nouveaux mots, chaque nouvelles phrases dans cette histoire intrigante et aventureuse.

-Que.. Que c'est-il passé ensuite  ? osa un enfant.
-Oh, ensuite.. commençà le vieil homme, ensuite voilà ce qu'il s'est passé.



Autrefois glorieux, le clan des Forge-Racines est composé aujourd'hui d'un seul homme.

Un homme qui ne recherche qu'a redonner gloire et honneur a son nom.
Et ceci quel qu’en soit le prix.

Voici l'histoire de cet homme..

Cinq années étaient passé depuis le réveil dans l’infirmerie.
Orgepin avais vécu toutes ces années dans le camp d'entrainement des impériaux.

Bergil, l'homme qui était venu a sa rencontre, était en réalité le chef du camp, un redoutable Templier, maniant son épée comme personne.

Il avais vu en Orgepin un jeune homme déterminé, mais décidément borné. Sa soif de vengeance lui était légitime, mais il courrait a la mort sans un entrainement approprié. Il avais donc pris la décision de l’entraîner avec les jeunes recrus du camp.

-Orgepin, ta garde est grande ouverte ! Hurla t'il pour la troisième fois.
-Gmmrfph, Oui maître, Bouda Orgepin.
-Ta lame doit descendre le long de ton bras a partir du niveau de ta tête. réexpliqua le maître d'arme.


L'entrainement portait ses fruits, mais Bergil avais un doute sur la voie qu'empruntais Orgepin.
Il n'avais pas l'âme d'un templier.

Plusieurs jours passèrent avec les même rituels journalier.

Un soir, alors que les Templiers vaquais a leur occupations, un cavalier arriva, le souffle court, en sueur. Il descendit immédiatement jusqu’à la tente de Bergil.

-Maître d'arme, siffla t'il, ils ont attaqué de nouveau le Village du clan Bois-tordu, il faut rapidement intervenir. Les Orques..
-J'envois une patrouille tout de suite, fait passer le message au camp du Sud, nous devons intervenir rapidement. Je rassemble les hommes.


Lorsqu'il se retourna, il eu juste le temps d’apercevoir Orgepin foncer vers les écuries.

-Merde ! Templier ! Empechez le de sortir ! Vite !


Malheureusement Orgepin venais tout juste de sortir du camp, une épée dans la main, sur un cheval équipé d'une maille légère.


Lorsque les troupes furent rassemblé, il n'était déjà qu'un point noir a l'horizon, Bergil pesta. Le jeune homme allait mourir.

Les troupes Sud et Nord regroupés, elles arrivèrent au Village Bois-Tordu. Une grande colonne de fumée zébrais déjà le ciel. L'attaque avais déjà commencé, sil elle n'étais pas déjà terminée..

En entrant dans le village, étrangement, seul le silence régnais.
Des corps calciné et décapité, signature des Orques, juchaient les rues entière.

Le camp n'avais été attaqué que par une poignée d'Orque, seulement six.

Comment le savait-il ?

Ils étaient tous à genoux, sur la place centrale du camp.
Cinq n'étaient que corps raidi et calciné. Immobile.

Le dernier était en face d'un jeune homme, qui avais lâché son épée, et qui tenais seulement son poignet droit de sa main gauche.
Une gerbe de feu explosa de la main marqué par les flammes du brasier d'autrefois.

L'orque subit le même sort que ses camarades.

Il brûlait vif.

Le jeune homme recula lentement, regarda ses mains, puis se retourna, et aperçu les Templiers.

-Maître, commençât-il, Je suis désolé, je ne..
-Non le coupa Bergil, je comprend. Suis moi.


Les deux hommes s'éloignèrent des autres, qui commencèrent a recenser les morts.

-Maître, je suis désolé, je ne souhaiter pas ceci, je ne..
-Oh si tu le souhaitais, et c'est tout a fait normal, commença Bergil.
Aujourd'hui tu ne fait plus partis des Templier, et je ne serais plus ton maître.
-Non Maître, s'écrias Orgepin, Je ne recommencerais pas, ne m'abandonnais pas !
-Je ne t'abandonne pas Orgepin, je te guide vers ton destin. Connais tu le commandant Valor ?
-Que ? Je ne comprend pas Maître ?
-Le commandant Valor est le grand Maître des combats et le commandant des Chevalier Dragon, Continua Bergil.
-Aujourd'hui tu es un Templier Orgepin, Demain tu deviendras Chevalier Dragon.


C'est ainsi que le destin d'Orgepin se remis en route.

Autrefois glorieux, le clan des Forge-Racines est composé aujourd'hui d'un seul homme.

Un homme qui ne recherche qu'a redonner gloire et honneur a son nom.
Et ceci quel qu’en soit le prix.

Voici l'histoire de cet homme.

Voici l'histoire d'un Chevalier-Dragon.


Le vieil homme se leva, l'histoire était terminée.
Mais il ajouta avant de partir une phrase.
Une phrase que vous n'oublierez jamais.

- Le destin d'un homme, ne repose pas sur sa famille, ni sur un clan ou encore sur un Ordre quelconque. Il ne repose que sur lui même.


Voici la fin du récit de la Véritable Histoire d'Orgepin des Forge-Racines.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: "La Véritable Histoire d'Orgepin des Forge-Racines."   

Revenir en haut Aller en bas
 
"La Véritable Histoire d'Orgepin des Forge-Racines."
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La véritable histoire des Flandres françaises
» [HRP] La Véritable Histoire et Origine de la Toison d'Or
» La fausse histoire d'un vrai menteur.
» [Kamy]L'histoire d'un Crâ...
» Le Foot en LR une longue histoire : aujourd hui l AS BEZIERS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Genus Gorgonis :: Taverne du Bout du Monde :: Votre Héros! (description Rp)-
Sauter vers: